Envoyez nous un message

Merci de bien vouloir compléter les champs obligatoires *








Où nous trouver ?

Contact

Le Moulin du Roc – Scène nationale
9 boulevard Main
CS 18555 – 79025 Niort Cedex
Horaires guichet billetterie :
> du lundi au vendredi de 17h30 à 20h30
> le samedi de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 19h00
> le dimanche, la billetterie cinéma est ouverte aux horaires des séances
Permanence téléphonique :
> du mardi au vendredi de 14h00 à 17h00

Informations / Réservations : 05 49 77 32 32
Administration : 05 49 77 32 30

Infos

Moulin du roc

L’amour sorcierSpectacle

Variations musicales & chorégraphiques inventives d’après l’oeuvre de Manuel De Falla et Gregorio Martinez Sierra

 

Compositions et arrangements : Jean Marie Machado pour l’Orchestre Danzas
Chorégraphie : Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou de la compagnie Chatha

 

Danseurs / Cie Chatha :
Stéphanie Pignon, Grégory Alliot, Phanuel Erdmann, Johanna Mandonnet, Fabio Dolce et Sakiko Oishi

 

L’Orchestre Danzas :
Jean-Marie Machado, Piano
François Thuillier, Tuba
Cécile Grenier et Séverine Morfin, Violons alto
Guillaume Martigné, Violoncelle
Stéphane Guillaume, Flûtes
Elodie Pasquier, Clarinette
Jean-Charles Richard, Saxophone
Didier Ithursarry, Accordéon
Stracho Temelkovski, Percussions
Karine Serafin, Voix

 

Lumières : Eric Wurst
Crédit photo : Blandine Soulage

  • Musique et Danse

  • Tarif B : de 10 à 33€

  • Durée : 1h

  • Salle numérotée

  • Avec le soutien de l’ONDA

Mouvements / Jeune public
L’amour sorcier
Jean-Marie Machado / Aïcha M’barek et Hafiz Dhaou

Variations musicales et chorégraphiques inventives et ensorcelantes…

 

Avec L’Amour Sorcier, les deux chorégraphes d’origine tunisienne, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou de la compagnie Chatha, rejoignent l’orchestre Danzas, dirigé par Jean-Marie Machado. Ils revisitent ensemble ce ballet composé par Manuel de Falla en 1915. L’orchestre s’installe au centre du plateau dans un cercle noir. Autour gravitent six danseurs qui nous font revivre l’aventure amoureuse et insolite de la gitane Candela. Hantée par le fantôme de son défunt fiancé Carmelo, elle danse pour chasser les maléfices.

 

Par leurs énergies et ambiances, les compositions et arrangements de Jean-Marie Machado ouvrent une fenêtre sur l’Espagne pittoresque, sur les rites sorciers et rythmes effrénés des gitans d’Andalousie. La chorégraphie engagée, très lisible, se nourrit autant d’éléments traditionnels que contemporains en parfaite adéquation avec la partition musicale.

 

 

 

L’Amour sorcier montre l’étendue et la richesse du vocabulaire comme du savoir-faire de Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou mais aussi la grande sensibilité et le formidable doigté de l’Orchestre Danzas, dirigé par Jean-Marie Machado, particulièrement inspiré de s’être livré corps et âmes à ces deux chorégraphes.

Emmanuel Serafini / Inferno-magazine