Envoyez nous un message

Merci de bien vouloir compléter les champs obligatoires *








Où nous trouver ?

Contact

Le Moulin du Roc – Scène nationale
9 boulevard Main
CS 18555 – 79025 Niort Cedex
Horaires guichet billetterie :
> du lundi au vendredi de 17h30 à 20h30
> le samedi de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 19h00
> le dimanche, la billetterie cinéma est ouverte aux horaires des séances
Permanence téléphonique :
> du mardi au vendredi de 14h00 à 17h00

Informations / Réservations : 05 49 77 32 32
Administration : 05 49 77 32 30

Infos

Moulin du roc

Les DémonsSpectacle

Texte : Fédor Dostoïevski
Traduction française : André Markowicz
Adaptation : Sylvain Creuzevault
Avec : Bénédicte Lerutti, Yann-Joël Collin, Valérie Dréville, Vladislav Galard, Michèle Goddet, Arthur Igual, Sava Lolov, Léo-Antonin Lutinier, Frédéric Noaille, Amandine Pudlo et Blanche Ripoche.
Scénographie : Jean-Baptiste Bellon
Régie générale et son : Mickaël Schaller
Lumières : Nathalie Perrier
Costumes : Gwendoline Bouget
Masques : Loïc Nébréda
Crédit photo : DR Compagnie

  • Théâtre

  • Tarif B : de 10 à 33€

  • Durée : 3h40
    (avec entracte)

  • Salle numérotée

  • Dès 16 ans

Dramaturgies
Les Démons
Fedor Dostoïevski / Sylvain Creuzevault

Embarquement au coeur de la tempête dostoïeskienne !

 

Passionné par le politique, Sylvain Creuzevault n’a de cesse par son théâtre de sonder « la chambre aux secrets de notre mode d’organisation sociale ». Dostoïevski avait d’abord conçu Les Démons comme une oeuvre de dénonciation et de combat, mais son génie visionnaire l’emporta. Ce qui aurait pu n’être qu’une satire politique devint un chef-d’oeuvre d’écriture plurielle.

 

Pour donner corps à cette tension, Sylvain Creuzevault et ses amis sont restés fidèles à leur processus de création : s’imprégner de connaissances, s’approprier la masse textuelle des dialogues du roman puis « improviser, encore et toujours, jusqu’au moment où le spectacle apparaît ». Ainsi, la constellation d’acteurs survoltés à laquelle se sont joints Valérie Dréville et Yann-Joël Collin plonge le roman dans un maelström théâtral foisonnant et affolé.

 

 

Rompus à l’improvisation et aux risques scéniques, les acteurs osent l’adresse au public, la profération outrée, les citations d’hier et d’aujourd’hui comme à l’affût du spectaculaire et de la mélopée triste. Ils portent l’oeuvre, l’incendient de leurs violences publiques et privées. Et nous avec.
Fabienne Pascaud / Télérama