Envoyez nous un message

Merci de bien vouloir compléter les champs obligatoires *









Où nous trouver ?

Contact

Le Moulin du Roc – Scène nationale
9 boulevard Main
CS 18555 - 79025 Niort Cedex
Horaires guichet billetterie :
> mar/ven 12h30 – 19h00
> sam 14h – 19h00
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
> Vacances scolaires :
> mar/sam 14h00 – 19h00
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
Informations / Réservations : 05 49 77 32 32
Administration : 05 49 77 32 30

Infos

Moulin du roc

La ménagerie de verreSpectacle

De : Tennessee Williams

Traduction : Isabelle Famchon

Mise en scène et scénographie : Daniel Jeanneteau

Avec : Solène Arbel, Quentin Bouissou, Dominique Reymond, Olivier Werner

Assistant mise en scène et scénographie: Olivier Brichet

Sur la vidéo : Jonathan Genet

Lumières : Pauline Guyonnet

Costumes : Olga Karpinsky

Son : Isabelle Surel

Video : Mammar Benranou

  • Théâtre

  • Tarif B : de 10 à 32€

  • Durée : 2h15

  • Salle numérotée

Dramaturgies
La ménagerie de verre
De Tennessee Williams

Daniel Jeanneteau a retrouvé la mémoire de la Ménagerie de Verre.

 

Dans un appartement de Saint-Louis aux Etats-Unis, la famille Wingfield reçoit Jim, jeunecollègue de Tom, le temps d’une soirée. Amanda, mère abandonnée par son mari, ne discerne plus la vie qu’elle fantasme pour ses enfants de la réalité. Obsédée par sa jeunesse, elle ne désire qu’une seule chose : trouver un galant pour sa fille.

 

Laura, fragile et solitaire, porte un handicap indéfinissable qui la rend inapte à une vie dite normale et collectionne de petits animaux en verre. Le fils, Tom, narrateur et acteur, se remémore, des années plus tard, l’enfermement affectif que représentaient pour lui sa mère et sa sœur. En puisant au plus intime de sa propre vie, Tennessee Williams raconte la perte, le deuil et la marque permanente en nous de ce qui a disparu.

 

Daniel Jeanneteau imagine une Ménagerie de verre idéale en se référant aux codes millénaires du théâtre Nô. Ses comédiens évoluent derrière un écran de tulle créant un monde flottant et flou, entre rêve et cauchemar, où se croisent beauté scénographique, intelligence scénique et excellence du jeu.

 

Sautillant comme une ballerine, Dominique Reymond apporte une grâce amère à Amanda, féroce et pathétique, éternelle jeune fille et castratrice mère antique.

Laurence Liban – L’Express