Envoyez nous un message

Merci de bien vouloir compléter les champs obligatoires *









Où nous trouver ?

Contact

Le Moulin du Roc – Scène nationale
9 boulevard Main
CS 18555 - 79025 Niort Cedex
Horaires guichet billetterie :
> mar/ven 12h30 – 19h30
> sam 14h – 19h30
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
> Vacances scolaires :
> mar/sam 14h00 – 19h30
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
Informations / Réservations : 05 49 77 32 32
Administration : 05 49 77 32 30

Infos

Moulin du roc

Qui a peur de Virginia Woolf ?Spectacle

Mise en scène : Alain Françon

Assisté de : Nicolas Doutey

Avec : Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff, Julia Faure, Pierre-François Garel

Décor : Jacques Gabel

Costumes : Patrice Cauchetier

Assisté de : Anne Autran

Lumière : Joël Hourbeigt

Musique originale : Marie-Jeanne Séréro

Construction décor : Atelier Devineau

Production : Théatre de l’œuvre 

  • Théâtre

  • Tarif A : de 10 à 38€

  • Durée : 2h00 sans entracte

  • Molières 2016 : Alain Françon, Molière du metteur en scène d’un spectacle de théâtre privé, Wladimir Yourdanoff, Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé. 

Dramaturgies
Qui a peur de Virginia Woolf ?
D'après l'oeuvre d'Edward Albee / Mise en scène Alain Françon

Un combat féroce entre deux couples au cours d’une nuit d’ivresse.
À l’issue d’une réception, Martha, fille du doyen de l’université, et son mari George, professeur, invitent un jeune professeur de biologie et sa femme à boire un dernier verre. George et Martha vont jouer à mettre en scène leur rapport et leur drame devant le jeune couple qui progressivement sera aspiré malgré lui dans ce qui va devenir un tourbillon et ne s’arrêtera qu’une fois les dernières illusions détruites.

Avec sa mise en scène au cordeau, qui se tient dans l’espace minimal du salon du couple, Alain Françon tire le meilleur de cette pièce vertigineuse et glaçante, où le dramaturge américain va très loin dans la lutte sans merci entre le pouvoir féminin et le pouvoir masculin, le loup et la louve, et dans l’analyse des frustrations abyssales que vivent les personnages.
Fabienne Darge – Le Monde