Envoyez nous un message

Merci de bien vouloir compléter les champs obligatoires *









Où nous trouver ?

Contact

Le Moulin du Roc – Scène nationale
9 boulevard Main
CS 18555 - 79025 Niort Cedex
Horaires guichet billetterie :
> mar/ven 12h30 – 19h00
> sam 14h – 19h00
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
> Vacances scolaires :
> mar/sam 14h00 – 19h00
> dim/lun Billetterie cinéma uniquement
Informations / Réservations : 05 49 77 32 32
Administration : 05 49 77 32 30

Infos

Moulin du roc

Visages VillagesCinéma

 

Œil d’or 2017 – Prix du documentaire, Cannes 2017

 

 

Téléchargez le dossier de presse

Agnès Varda et JR ont des points communs : passion et questionnement sur les images en général et plus précisément sur les lieux et les dispositifs pour les montrer, les partager, les exposer.
Agnès a choisi le cinéma.
JR a choisi de créer des galeries de photographies en plein air.
Quand Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble, tourner un film en France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR. Hasard des rencontres ou projets préparés, ils sont allés vers les autres, les ont écoutés, photographiés et parfois affichés.
Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant de leurs différences.

 

 

Tous ces personnages anonymes rencontrés au fil de leur voyage par Agnès Varda et JR ne sont pas l’objet du travail photographique et cinématographique de ces deux-là, il en sont bien le sujet. « Visages villages » est le récit de cette errance dans les villages de France, mais pas seulement, c’est aussi un road movie qui voit se développer l’amitié unissant cette vieille dame et ce jeune homme, au travers de toutes les rencontres suscitées par leur démarche commune. Une grande leçon d’humanité. (…)

« Visages Villages » tombe comme une bouffée d’air pur. Dans une époque et un pays tentés par le repli et le rejet de l’autre, il montre, sans donner de leçon, qu’il suffit de regarder son prochain, de lui adresser la parole, de le prendre en photo, pour qu’une espèce de lègère fragrance printanière disperse cette mauvaise haleine.

 

Jean-Francois Lixon
Culturebox.fr